Résultat électoral : le nouveau DPL est…

Source: LinuxFR – les dépêches
Liens: Résultat électoral : le nouveau DPL est…
Résultat électoral : le nouveau DPL est…

La période électorale franco-française arrive bientôt à son terme ce qui nous a valu des journaux sur les systèmes de vote et d’autres, un peu plus gratinés, de colleurs d’affiches. Pendant ce temps, dans le monde du logiciel libre, un élection avait lieu de son côté : Debian élisait son nouveau responsable en la personne de Chris Lamb. Cette dépêche est l’occasion de revenir sur son déroulement et son résultat.

L’élection.

Le processus Debian, pour désigner leur nouveau responsable de projet, se déroule en trois phases. Dans un premier temps, cette année du 5 au 11 mars, les développeurs sont invités à proposer leur candidature pour le poste. Cette année deux candidats se sont présentés :

  • Mehdi Dogguy, le responsable sortant ;
  • Chris Lamb.

S’ensuit une période de campagne, cette année du 12 mars au 1er avril, durant laquelle les candidats se présentent et proposent leur vision et les actions qu’ils entendent mener au cours de l’année à venir :

Enfin le scrutin, du 2 au 15 avril, est organisé selon une méthode de Condorcet : la méthode Schulze. Les résultats définitifs, qui ont vu la victoire de Chris Lamb, sont consultables sur le site du projet Debian.

Suite à une question de Liorel sur le journal à l’origine de la dépêche, les remarques suivantes pourront en intéresser certains. Liorel se demandait quel était l’intérêt, comme il n’y avait que deux candidats, d’utiliser une méthode de Condorcet par rapport au scrutin uninominal que les français utilisent (situation de second tour en France). D’abord, en sus des deux candidats, Debian rajoute une troisième option sur les bulletins de vote : « aucun des deux » (ce qui correspond à un vote blanc). Les électeurs sont alors invités à classer ces trois options selon leur ordre de préférence, et le système de vote prend en compte le « vote blanc » mais de manière non uniforme pour chacun des candidats. Un ratio est calculé entre le nombre de fois où un candidat est arrivée en tête et le nombre de fois où le choix « aucun des deux » lui a été préféré. Dans le cas de cette élection, on obtient pour les deux candidats :

  • Mehdi : 17.588 (299/17) ;
  • Chris : 25.250 (303/12).

Ici la prise en compte du « vote blanc » n’est pas uniforme entre les candidats (17 pour Medhi, contre 12 pour Chris), et le ratio doit être supérieur à un pour que le candidat soit bien élu. Il donne aussi une certaine mesure de la position des « abstentionnistes » par rapport au candidat (plus le ratio est proche de un, moins le candidat est désiré).

Pour les lecteurs intéressés par les systèmes de vote, on pourra lire l’article La quête du Graal électoral sur le site Images des Maths du CNRS où est présenté entre autre un système à la Condorcet intéressant : le scrutin bipartiludique (ou « vote chifoumi » :-P) qui possède la propriété importante (contrairement à la méthode Schulze de Debian) de ne pas permettre le « vote utile ».

Le nouveau responsable : Chris Lamb.

Le rôle et les pouvoirs précis dont dispose le reponsable du projet Debian sont définis dans la constitution du projet. Ils consistent essentiellement à déterminer des orientations techniques, politiques et la gestion des fonds qui seront, in fine, soumises à discussions sur les listes adaptées.

Le nouveau responsable, Chris Lamb, est contributeur Debian depuis dix ans (il a commencé par un Google Summer of Code) et officiellement développeur Debian depuis 2008. Il est en charge du maintien de certains paquets dans l’archive, dans le cadre de son travail il contribue au projet Debian LTS (projet visant à maintenir au moins 5 ans les corrections de sécurité sur une version stable, en prenant le relais de l’équipe sécurité après la sortie d’une nouvelle version stable) et il participe également au projet Debian Reproductive Builds qui vise à pouvoir recompiler un paquet source Debian en obtenant le même SHASUM que le binaire publié, cela afin de mieux contrôler qu’il n’y a pas d’action « malicieuse » lors de la production des binaires diffusés (un code source cela s’inspecte, mais un binaire ?).

Dans son programme, Chris Lamb pointe du doigt un problème de communication et perception par rapport au monde extérieur : site web austère, wiki à des années lumières du wiki ArchLinux, par moment mauvais accueil des utilisateurs non familiers avec Debian… Sans pour autant négliger les aspects purement techniques de gestion d’une distribution, il souhaite agir principalement sur quatre axes :

  • organiser plus de rencontres ;
  • améliorer le processus d’accueil et d’integration ;
  • créer leur propre programme d’ouverture (il cite le projet Outreachy de Gnome en exemple) ;
  • supprimer fermement tout bloqueur pour travailler efficacement dans Debian.

Félicitations à Chris pour sa victoire, et souhaitons lui bonne chance pour la mise en œuvre de son programme.

Lire les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *