Notre association

Depuis sa fondation en 1982, l’association /ch/open (groupe suisse indépendant en faveur des systèmes ouverts) fait la promotion des systèmes ouverts et libres. Au cœur de ses activités figurent la formation continue et l’échange d’informations entre ses membres.
Au travers de divers événements et activités, /ch/open encourage les connaissances théoriques et pratiques de ses membres dans les domaines de Linux et des autres logiciels Open Source. Les événements offrent également une excellente occasion de réseauter.

/ch/open est également active dans les coulisses. L’association est impliquée dans des commissions et des activités en faveur de logiciels open source telles que eCH, ICTswitzerland et SwissICT.

Son vaste réseau est constitué de contacts dans le secteur privé et les administrations publiques. En conséquence, l’engagement de /ch/open pour les logiciels Open Source est visible sur un front très large.

Open Source

Dans un monde interconnecté, les systèmes ouverts sont essentiels pour garantir une bonne communication. Ce sont justement ces systèmes libres qui ont fait le succès du World Wide Web ou de l’e-mail pour n’en citer que deux.

Le logiciel libre est une partie intégrante et centrale de ce mouvement. Il aide les entreprises, les administrations publiques, les écoles et les particuliers, indépendamment des contraintes extérieures, pour les aider à se concentrer sur leurs tâches essentielles.

Les origines

/ch/open est issue de l’association suisse en faveur d’UNIX (UNIGS). L’UNIGS a été fondée le 10 décembre 1982 et a donné naissance à une autre association parallèle, la chuug (Swiss Unix User Group), qui a poursuivi durant une longue période ses propres objectifs. Les deux associations ont ensuite fusionné pour donner /ch/open.

L’initiateur de l’UNIGS était le professeur Rudolf Marty, qui était également le premier président de l’association. Il s’est familiarisé avec UNIX en tant que professeur assistant aux États-Unis et le ramena en Suisse, où il l’a installé en milieu universitaire sur un DEC VAX 1170. Le professeur Bernhard Plattner, alors maître de conférences au Technicum de Buchs s’était également intéressé à UNIX. Il avait acquis un UNIX édition 6 pour son institut. Les autres membres fondateurs sont entre autres : Urs Marti, Denis Baggi († 30.03.13), Adrian Eberle (Telekurs AG) , Harold Bachmann (Alkon AG ), Jean -Pierre Kousz et Sepp Gähwiler.

Comme UNIX était né au sein de l’entreprise AT & T et qu’il était interdit d’utiliser UNIX à des fins commerciales, il était initialement uniquement possible d’acquérir des licences UNIX pour les établissements d’enseignement. Le prix ??de base pour la licence, y compris le code source était de 800 USD. Par la suite il a été également possible pour les entreprises de déployer commercialement UNIX. En Suisse, la première entreprise à le faire était Mettler, qui avait payé 40’000 dollars pour la licence et le code source. Au départ, des sociétés d’ingénierie (membres fondateurs: Alkon AG , DATOS AG, Interautomation AG , Stolz AG, Wyttenbach Elektronik AG) puis des entreprises de services qui se sont intéressées à UNIX.

L’initiative venait généralement de personnes qui s’engageaient au sein de leur entreprise pour UNIX. Jusqu’au début des années 90, UNIX a dû résister à des fournisseurs commerciaux. Il n’était pas facile d’obtenir une machine UNIX puisque la plupart des décideurs préféraient les fabricants de systèmes propriétaires. Ces innovations représentaient un écart par rapport à la pratique normale : DEC avait protesté auprès du gouvernement zurichois car l’institut de physique de l’université voulait se procurer un ordinateur UNIX. Sun (Stanford University Network, dont un des fondateurs est Bill Joy, entre autres connu comme l’inventeur de vi et du C shell) a été la première entreprise à doter ses produits exclusivement avec UNIX.

Les plates-formes connues de l’époque, telles que DEC, Data General et Prime Computer étaient des systèmes propriétaires et fermés. UNIX était donc fascinant parce que son code source était ouvert et chacun pouvait faire des changements selon ses désirs. De nouvelles fonctionnalités comme UUCP et les e -mails, le prix prohibitif des sources des systèmes DEC, une large diffusion d’UNIX dans les universités et les instituts de recherche, sans parler des outils logiciels GNU disponibles librement ont grandement contribué à la popularité d’UNIX.

Il est frappant de constater qu’à l’heure actuelle à l’instar d’UNIX le même phénomène se produit avec GNU/Linux et BSD, à savoir un système d’exploitation bon marché avec un code source ouvert et une riche palette d’outils logiciels libres.

Les coûts matériels étaient également impressionnants : voici le contrat d’achat de la Haute École de Rapperswil (HSR, à l’époque ITR pour Technicum Intercantonal de Rapperswil) pour un système milieu de gamme de chez Perkin-Elmer !